CCI Pays de la Loire
16 quai Ernest Renaud
CS 70515
44105 NANTES CEDEX 4

Tel : 02 40 44 63 00
contact@paysdelaloire.cci.fr

Actualité

matinale de l'éco

Économie - 05 Octobre 2020

LES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES DE LA CRISE SANITAIRE EN PAYS DE LA LOIRE

Projections macroéconomiques, conjoncture nationale et régionale, impact économique de la crise sanitaire... La Banque de France et la CCI ont donné des points de repères aux entreprises lors de la Matinale de l'Eco.

48 heures pour vous répondreUne question ? Nos conseillers vous répondent !

UNE éCONOMIE Résiliente

 

Dans cette période de crise sanitaire, la Banque de France des Pays de la Loire, en partenariat avec la CCI Nantes St-Nazaire, organisait le 30 septembre la Matinale de l'Eco afin d'éclairer les entreprises du territoire sur les enjeux et tendances du moment. 

Cette Matinale de l'Eco a notamment été l'occasion de donner des clés de lecture aux dirigeants d'entreprises grâce à des projections macroéconomiques (projections du PIB français, actions monétaires, perspectives emplois ...) et un point sur la conjoncture économique nationale. Elle a aussi été l'occasion pour la Banque de France de présenter une étude sur l'impact et les conséquences économiques de la crise sanitaire dans les Pays de la Loire, pointant notamment le bon redémarrage de l'activité pour de nombreux secteurs d'activité depuis la pédiode de confinement. 

ENQUÊTE CCI

A l'occasion de la Matinale de l'Eco, et parallèlement à cette étude de la Banque de France,  les CCI des Pays de la Loire ont présenté les résultats de l'enquête flash de conjoncture qu'elles ont menée auprès de 3654 entreprises représentatives du tissu économique de Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire et de la Mayennedu 11 au 21 septembre. Elle confirme celles menées en juillet dernier en Sarthe et en Vendée.  Si certains secteurs d’activité sont particulièrement touchés par les conséquences économiques de la crise sanitaire, les entreprises régionales affichent une certaine résilience dans cette période, grâce notamment à un tissu économique diversifié s’appuyant sur un socle industriel fort.
 
L’enquête de conjoncture réalisée met en avant que 60% des entreprises interrogées prévoient un chiffre d’affaires stable ou en hausse pour le dernier trimestre 2020. 
 

Ce niveau d’activité marque un retour à la situation de la première partie des années 2010 et une rupture avec la période particulièrement dynamique qui précédait la crise sanitaire (2016-2020).

 

DES SITUATIONS TRÈS CONTRASTÉES

Les dirigeants interrogés sont globalement confiants quant en l’avenir de leur entreprise, leurs réponses faisant apparaître des différences selon les secteurs d’activité. 
 
Sur une échelle de 1 (très inquiet) à 10 (très confiants), la moitié des dirigeants se déclarent ainsi au-dessus de 6. 
 
Parmi les secteurs qui affichent un optimisme certain, on trouve le BTP, la filière informatique et certains commerces de détail, tels que l’alimentaire, l’équipement de la maison, les libraires… 
 
Sans surprise, les secteurs les plus pessimistes (moyenne de confiance inférieure à 5,5) sont les plus touchés par la crise sanitaire, à savoir l’événementiel, la culture et le tourisme (dont l’aérien avec effet ricochet sur le secteur aéronautique). 
 
Entre ces deux groupes, on retrouve l’industrie (hors aéronautique), le commerce de gros et certains secteurs du commerce de détail perturbés par les mesures de distanciation sociale (coiffure, soins de beauté). 
 

EMPLOI 

Les suppressions d’emplois envisagées restent concentrées dans un nombre limité d’entreprises puisque 14% d’entre-elles prévoient aujourd’hui une baisse de leurs effectifs, soit un niveau qui se situe dans la moyenne des huit dernières années. 
 
Deux raisons principales à cela : 
 
  • un certain nombre d’ajustements ont déjà été faits (CDD et intérim),
  • le dispositif d’activité partielle a joué et continue de jouer un rôle. 

 

A l’inverse, et c’est un enseignement important, 21% des entreprises prévoient d’embaucher dans les prochaines semaines. A l’échelle de la Loire-Atlantique, le volume d’embauches correspondant peut être estimé entre 10 000 et 14 000 (sur un total d’environ 353 000 salariés dans le secteur privé), et entre 21 000 et 35 000 pour l’ensemble de la région (sur un total de 804 000 salariés du secteur privé). 
 

L’INVESTISSEMENT SE MAINTIENT

55% des entreprises interrogées indiquent prévoir de maintenir ou de renforcer leurs investissements. Celles qui prévoient d’investir davantage qu’initialement envisagé représentent 8% du tissu économique. On les retrouve dans tous les secteurs (avec cependant une sous-représentation de la restauration et du commerce de détail).
 
45% des dirigeants interrogés pensent à réduire leurs investissements par rapport à ce qui était prévu. Dans la majorité des cas, il s’agit ici de report d’investissement dans une période où l’attentisme et la prudence dominent. Sans surprise, les secteurs les plus en recul sont le plus souvent ceux qui ont été les plus sévèrement impactés (événementiel, culture, loisirs, location, restauration…).
 

UN IMPACT LIMITÉ SUR LA TRÉSORERIE 

La moitié des entreprises, représentant 78% de l’emploi, déclarent une situation de trésorerie satisfaisante (niveau stable depuis la fin du confinement).
 
Les situations inquiétantes se concentrent dans les secteurs les plus touchés, et dans les plus petites entreprises : ces situations ne représentent que 3% de l’emploi.
 
REVIVEZ LA MATINALE DE L'ECO EN VIDÉO
 

 

 

Ajout à vos favoris

Cette page a été ajoutée à vos favoris dans votre espace personnel.

Recommander à un ami loader

Les CCI en Pays de la Loire

CCI.FR
Le portail des Chambres de Commerce et d'Industrie